“Roulottes chantantes, routes hésitantes
Fleurs sauvages et herbes folles, trains fantômes
Vieille Merco qui voyage dans le temps
Des étoiles pour bijoux et un parfum d’héroïne
Des sourires grands comme des remparts
Larmes de cire sur le visage des madones
Des sourires grands comme l’espoir
De vous rencontrer tôt ou tard
Pour partager l’instant de vie qui change tout en mélodie.”

Il y a chez Mademoiselle Nine
Une énergie bouillonnante et sensuelle
Rock and roll et mélancolique
Elle a en elle tous les ingrédients des chanteuses de cabaret de l’époque.
A travers son univers poétique, elle nous ballade,
Non sans humour
Sur les routes chaotiques et alambiquées de l’existence
où l’émerveillement de l’enfant côtoye la clairvoyance du vieux sage.

Elle écrit ses textes et mélodies, et a su s’entourer d’artistes de grand talent, comme Manu Galure, qui a travaillé à la composition musicale et aux arrangements de plusieurs morceaux… Bernardo Sandoval, qui lui a délicatement posé ses accords de guitare sur la chanson « Avé Frida! » et avec qui elle a partagé certaines scènes… ou Raphaël Théodore Bancou, qui l’a accompagnée au piano, et a co-composé « Mosquito ».

Mais la collaboration la plus étroite et fondatrice dans son travail, c’est celle avec Léna Coen, sa coach, également musicienne. Elles écrivent ensemble paroles et mélodie de « Paname », et travaille également l’interprétation.
Léna et Dan Coen, cousins germains des frères Coen, sont des spécialistes du travail de construction du fond de l’écriture et de l’interprétation. Mademoiselle Nine, également comédienne sous le nom de Céline Bernat, avait déjà travaillé avec eux, notamment sur « Frida », solo de théâtre en hommage à l’artiste peintre Frida Kahlo, création qui se joue toujours.

La chanson « Paname » qui sort à l’internationale fin 2017, est produite par BalkanBeats à Berlin, co-composée par Robert Soko/ Uros Petkovic/ Léna Coen/ Céline Bernat.
La chanson sera sur le premier album de BalkanBeats et le premier EP de Mademoiselle Nine.

Sur scène, elle est accompagnée en trio, piano/percussions/voix, par:
Piano: Cédric Perras/ Raphaël Théodore Bancou
Percussions: Dario de Filippo/ Inor Sotolongo

Mademoiselle Nine et le petit Haidouti !

Elle se produit également sur scène avec une formation réduite de la célèbre Fanfare Balkanique, Haïdouti Orkestar, qui après avoir collaboré avec Ibrahim Maalouf ou Bojan Z, trouve avec Mademoiselle Nine, l’occasion de mêler la langue française à leur univers musical .

Ses chansons, orchestrées dans l’esprit purement Balkano-tzigane, dégagent une poétique circassienne, et une énergie plus festive.

Ils l’accompagnent sur scène:

Accordéon: Adrian Iordan

Batterie: Sylvain Dupuis

Trompette: Martin Saccardy

Tuba: Simon Andrieux

Soubassophone: Denys Danielides

honore

Ils en parlent…

  • Mademoiselle Nine... C’est une femme nature, une femme nomade, une femme belle et mature avec des plaisirs et des rêves d’enfant. Elle est swing, rockn’roll, gouailleuse, palpitante, émouvante, douce et légère aussi. Elle est des quatre saisons. Elle est la vie.

    Bernardo SandovalMusicien
  • Les influences sont tziganes, aussi bien qu’à chercher du côté de la chanson réaliste. Là, on découvre une voix qui gouaille. Ici, c’est plutôt celle d’une femme-enfant, dont on imagine le sourire étale et l’œil de velours. Les mélodies sont légères, une invitation aux voyages les plus colorés, de l’Espagne aux Balkans…On y respire du Manu Galure, on y goûte du Haka Résic du duo Kocka Neba. Les textes sont précis, espiègles, aux sonorités joyeuses. On pense pêle-mêle à Gainsbourg, un peu à Brassens, et aussi à Olivia Ruiz ou même à la Piaf des débuts.

    Bénédicte SoulaLe Brigadier
  • Les textes qu’elle écrit ne sont pas dépourvus d’humour, au point qu’on les compare parfois à la chanson réaliste du début du XXe siècle. L’une d’entre elles s’appelle « Ô mon Lulu » ! (Quand tu es dans mes bras, mon moustachu, je suis vraiment gaga »). Le plus drôle est que cet amour sans mélange s’adresse à un petit chat ! D’autres textes sont franchement poétiques, plus contemplatifs. Céline écrit textes et musiques mais elle collabore aussi avec d’autres artistes, comme Manu Galure, Sylvain Bardot, et Bernardo Sandoval. Sa musique, alerte, gaie, est franchement teintée d’influences tziganes et d’ambiances cabaret. Cette jolie découverte est à ne pas manquer.

    Annie Hennequin La Dépêche du midi

Liens & Copyrights

Photographes

Nathalie Guyon : http://nathguyon.free.fr
Stefano Tofs :  http://stefanog.com/
Sébastien Courivaud
José Pujol
Claudine Vigneron
Pierre Honoré 
 Haris Haka Résic
 
Musiciens 

BalkanBeats: http://balkanbeats.eu

Manu Galure: http://www.manugalure.com

Bernardo Sandoval: http://www.sandovalbernardo.fr